Faire un don
Vous êtes ici Accueil > Toutes les actualités > Actualité > Mgr Charles Morerod: «Nous ne voyons que la pointe de l’iceberg»

Mgr Charles Morerod: «Nous ne voyons que la pointe de l’iceberg»

Pour Mgr Charles Morerod, les résultats de l’enquête sur l’histoire des abus sexuels dans l’Eglise en Suisse n’ont rien de surprenant. Mais il permettent d’avoir une vision globale qui manquait à ce jour. L’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg trouve même le chiffre d’un millier de victimes encore largement sous-évalué.

Mgr Charles Morerod a reçu cath.ch le 13 septembre 2023 à l’évêché de Fribourg. Lors d’un bref entretien, il a rappelé ses expériences de rencontres avec les victimes et les perspectives d’avenir. Un changement de mentalité et de comportement reste nécessaire.

A la lecture du rapport sur histoire des abus sexuels dans l’Eglise catholique en Suisse quelle est votre appréciation?

Charles Morerod: Une chose me surprend c’est que l’on dénombre ‘seulement’ 1002 cas d’abus sexuels. Pour le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg nous avons recensé 150 cas pour quelque 200 victimes. Même si chaque cas est un cas de trop, on sait que ce n’est que la pointe de l’iceberg. Ce rapport, une fois de plus, met en lumière la mauvaise gestion des cas d’abus dans l’Eglise, de la non-reconnaissance de victimes, et c’est déplorable.
Lorsque les évêques ont demandé cette étude sur les abus, c’était pour avoir un regard extérieur sur le problème. Le fait qu’elle démontre des abus et l’aspect systémique de la culture de la dissimulation n’est en soi pas surprenant. Le but de l’étude est de nous aider à mieux le comprendre pour nous corriger.

«Une chose me surprend c’est que l’on dénombre ‘seulement’ 1002 cas d’abus sexuels.»

Pourquoi cette enquête n’a-t-elle pas eu lieu beaucoup plus tôt, il y a 20 ans ou au moins 10 ans?

Les évêques n’étaient pas prêts. Il faut un changement de culture. Il faut renoncer à regarder cette situation comme quelque chose qui endommage notre image, mais comme quelque chose qui doit nous aider à réparer, guérir et prévenir.

L’étude montre que la mentalité de dissimulation a perduré encore jusqu’aux années 2000, voire au-delà?

Oui, il faut du temps pour changer une mentalité séculaire. Personnellement, je vois une continuité entre cette étude nationale et celle que j’ai ordonnée sur l’institut Marini. Lors de sa présentation, en 2016, j’avais souligné qu’il faudrait encore d’autres études pour avoir une vision suffisamment globale. C’est ce qu’on a commencé à faire .

«Il faut renoncer à regarder cette situation comme quelque chose qui endommage notre image.»

On peut y voir aussi un changement de génération?

Sans doute, les gens aujourd’hui sont nettement moins enclins à voir le prêtre comme un demi-dieu. Ce changement de regard sur le prêtre est une bonne chose, même si cela n’est pas toujours facile à vivre. Mais c’est libérateur pour tout le monde.

«Les gens aujourd’hui sont nettement moins enclins à voir le prêtre comme un demi-dieu.»

Est-ce que vous continuez à recevoir des victimes?

Oui, j’en ai reçu environ 60 et cela continue. Parfois des contacts restent, parfois pas. Mais on n’arrive pas à compenser la souffrance subie. Avant de les rencontrer, je n’avais pas idée de leurs situations très diverses. La résilience n’est pas la même pour tous et la souffrance n’est pas seulement liée à la nature des actes subis. Le ressenti occuppe une place importante.
Autrefois on se disait: «L’acte a été malheureux, mais la victime s’en remettra». Ce qui n’est pas vrai du tout, mais cela explique peut être aussi la manière de voir le coupable ‘qui n’aurait pas dû faire cela, mais qui ne recommencera pas’.

Dans cette démarche est-il possible d’introduire la notion de pardon?

Cela dépend des victimes. Il faut une grande prudence pour que la victime ne le ressente pas comme une négation de l’abus.  

Mgr Bonnemain a annoncé la création d’une instance d’accueil et d’écoute nationale. Comment voyez-vous la chose?

C’est évidemment une bonne idée. Après la dissolution de la commission diocésaine ‘SOS prévention’ mise en place par Mgr Bernard Genoud, j’ai essayé de créer une instance pour la Suisse romande, mais cela n’a pas marché. Les victimes nous ont dit à un moment donné: ‘Nous ne croyons plus en vos instances internes à l’Eglise. Faisons un organe externe’. C’est comme cela que la CECAR (Commission écoute-conciliation-arbitrage réparation) a été créée en tant qu’organe indépendant de l’Eglise. On pourrait imaginer l’élargir à toute la Suisse. Nous devons cependant aussi considérer que si la plupart des victimes souhaitent une instance indépendante, d’autres demandent une relation avec l’Eglise et le diocèse. Je pense que les commissions diocésaines doivent aussi continuer à exister.

«Autrefois on se disait: ‘L’acte a été malheureux, mais la victime s’en remettra’. Ce qui n’est pas vrai du tout.»

Le président de la CES Mgr Gmür évoque aussi la création d’un tribunal pénal canonique national pour juger les abuseurs.

Oui, les officialités canoniques ont de la peine à organiser des procès pénaux car elles manquent de personnel qualifié, c’est un fait général. Mais pour les victimes, les procès canoniques ne sont pas crédibles.

On parle beaucoup du nécessaire changement de mentalité et de fonctionnement. Le synode sur la synodalité qui va se réunir à Rome au mois d’octobre peut-il apporter quelque chose?

Le principe de la synodalité implique d’envisager une participation plus active des laïcs à la vie et aux organes dirigeants de l’Eglise. Ce que de fait nous faisons déjà, mais on se heurte à un obstacle. Même si l’évêque s’entoure de laïcs pour le conseiller, en dernier ressort, c’est toujours lui qui décide. (cath.ch/mp)

 

Tags : #Abus

LES ORGANISMES MANDANTS DE L’ÉTUDE:

  • Conférence des évêques suisses (CES)
  • Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ)
  • Conférence des unions des ordres et des autres communautés de vie consacrée en Suisse (KOVOS)

Informations complémentaires : 
Site projet des mandantes : www.abus-cath-info.ch 
Site projet des contractantes : www.abuscontexteecclesial.ch

Renseignements : Les personnes intéressées peuvent envoyer un courriel à medias@abus-cath-info.ch ou appeler
le 079 323 19 21.

ETUDE UNIVERSITÉ DE ZURICH
Contact : Monika Dommann  Séminaire historique, Université de Zurich  E-mail : monika.dommann@hist.uzh.ch ; Marietta Meier  Séminaire historique, Université de Zurich  E-mail : marietta.meier@hist.uzh.ch

Participation au projet de recherche complémentaire : Les personnes disposées à témoigner sur les abus sexuels dans le contexte de l’Église catholique dans le cadre du projet de recherche complémentaire 2024–2026 sont priées de contacter forschung-missbrauch@hist.uzh.ch

Des informations détaillées sur le soutien en cas d’abus sexuels peuvent être trouvées à l’adresse suivante :  https://www.abus-cath-info.ch/fr/informations-pour-les-victimes/

découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
15/04 ─ Raymonde Seigneur , Dieu d’amour , mon ami a des problèmes de santé et doit faire des examens ces jours, je vous en prie penchez vous sur lui, venez le soutenir durant ces examens. Guérissez le …… priez pour ma fille qui a aussi beaucoup de problèmes , que toi seul connaît ! Merci mon seigneur miséricordieux. Dieu d’amour. Amen. 🙏 315/04 ─ Illona J’aimerais demander une intention de prière pour Dylan qui a eu un accident de voiture le 13 février 2024. Il a été dans un semi-coma. Je vous en supplie faites qu’il se réveil et qu’il n’est aucune séquelles.413/04 ─ Reyes Bonjour, je voudrais demander une prière pour le rétablissement de ma mère Patricia, afin qu'elle retrouve la santé et soit guérie de ses douleurs. Amen212/04 ─ Nadia Seigneur ça fait plusieurs mois que je te prie pour Mickaël pour qu'il vienne vivre avec moi nous en avons tous les deux le désir nous nous aimons stp seigneur accorde nous cette grâce car tu n'écoute pas mes prières merci Amen 211/04 ─ isabelle Saint archange Michel je te prie ains que Dieu notre père, Marie la tres Sainte Vierge, Jesus Christ béni notre sauveur, Sainte Rita, saint Antoine de Padoue de venir a mon secours je suis âgée de 60 ans, isolée, démunie et a la recherche désespérée d'un logement ou je puisse vivre de façon pérenne avec mes 2 animaux therapeutiques.Merci AMEN309/04 ─ Isabelle Pour Magali, Jean-Claude, Mme SZANCA et toutes les personnes atteintes de cancer. Que les médecins soient éclairés pour leur apporter des traitements. 608/04 ─ Cédric Très Miséricordieux Jésus, viens au secours de la Palestine et des palestiniens qui souffrent de l'apartheid et de la guerre. 607/04 ─ Lionel Sainte Trinité, je vous rends grâce pour tous vos bienfaits dans ma vie. Je vous demande Saint-Esprit la santé mentale, le courage et la sagesse pour garder mon emploi.506/04 ─ Feançoise Notre Dame de Lourdes je t'avais confiée ma petite chienne Easy âgée de 13 ans qui était en fin de vie .Elle est partie cette nuit. Je te remercie de ne pas avoir été obligée de l'euthanasier. Je te demande aussi de venir en aide ) mon conjoint qui souffre énormément de sa disparition. Aide le à passer le cap et à reprendre une vie normale. 604/04 ─ Rolande Je prie pour ma fille qui va en examen que le sei puisse lui donner l esprit de compréhension pour pouvoir répondre au mieux les questions et illlumer son esprit, retirer tous stresse négatives en elle seigneur nous te prions 3