Faire un don
Vous êtes iciAccueil > Toutes les actualités > Solidarité: la précarité ne part pas en vacances
Solidaires contre la précarité

Solidarité: la précarité ne part pas en vacances

La précarité ne part pas en vacances ! En ce mardi d’été, le bureau d’Inès Calstas ne désemplit pas. Nous sommes au Temple de Montbrillant, c’est ici, dans un esprit œcuménique, que cette assistante pastorale de l’Eglise catholique romaine à Genève a planté sa tente de solidarité, un bureau au rez-de-chaussée près du coin cuisine et du secrétariat de ce lieu de culte protestant.

PRÉCARITÉ : UNE PORTE OUVERTE À TOUS

La porte de son bureau est ouverte. C’est une sorte de permanence informelle pour un entretien, un conseil, pour boire un café. Aucun horaire n’est affiché sur la porte. Inès y accueille des hommes et femmes en situation de grande précarité, souvent à la rue, et qui trouvent ici un espace d’hospitalité et d’entraide. Inès les connaît tous par leur nom ou presque.

Il est bientôt midi. Inès règle un dossier de factures et amendes impayées pour délit de mendicités. Elle a négocié un échelonnement des paiements pour éviter la’ case prison’, « une solution humainement lourde et chère pour la société », souligne-t-elle.

Soudain, un groupe déboule à la cuisine accompagnée de Jonas, jeune stagiaire qui travaille avec Inès depuis quelques semaines. Ils sont contents, ils viennent de terminer leur travail dans le jardin potager aménagé derrière le temple.

UN JARDIN POTAGER

Le potager est l’une des activités proposées par la Pastorale des Milieux ouverts de l’Eglise catholique romaine à Genève, un service du Pôle Solidarités. Ce jardin potager, baptisé Mô Ki Pousse, est une initiative œcuménique ouverte à celles et ceux qui aiment jardiner ou passer un moment convivial. C’est un grand succès !

« J’aime beaucoup le jardinage, ça m’apaise », raconte Ahmadou, du Sénégal, venu au temple pour participer à l’activité malgré la canicule.

L’ambiance est au calme. Plusieurs demandent conseil à l’assistante pastorale pour une démarche ou pour un ami. D’autres font des suggestions. Un groupe boit un café en discutant, à l’abri du soleil.

Des liens de solidarité contre la précarité

UNE VISITE INATTENDUE

« Les personnes passent sans rendez-vous. Hier après-midi, l’atelier de couture venait de se terminer et nous étions nombreux autour de la table. Soudain, un monsieur est arrivé avec un jeune», raconte l’assistante pastorale.

Sans trop d’explications, il nous a confié le jeune homme, mineur, qu’il avait trouvé à la gare, seul, perdu et sans pièce d’identité. Le monsieur nous a dit être venu vers nous car nous sommes une Eglise, puis il est reparti prendre son train. Le jeune, africain, était en mauvaises conditions. Sa précarité était grande », relate Inès.

UNE COMMUNAUTÉ SOLIDAIRE

« Nous l’avons accueilli et nous avons contacté l’Unité mobile d’urgences sociales », compétente pour la prise en charge des situations d’urgences.  « Par chance, je connaissais la personne qui est venue le chercher car j’avais déjà eu des contacts avec elle », explique la responsable de la Pastorale de Milieux ouverts, qui a l’habitude de travailler en lien avec différents offices et organisations d’aide sociale de la région.

« Le jeune avait du mal à parler, mais petit à petit, alors qu’il était encore avec nous, il s’est apaisé. En effet, je n’étais pas seule pour gérer la situation. Avec moi, il y avait des Roms, des Africains de l’Ouest, des Maghrébins… Des personnes en situation de précarité avec qui nous travaillons, qui comprenaient et savaient par quoi le jeune était passé.

Tout le monde s’est senti concerné et le jeune a vite senti que nous formons une communauté. C’est ça notre force, nous sommes solidaires et co-responsables », souligne l’assistante pastorale.

L’OASIS, UN LIEU DE RENCONTRE 

Beaucoup fréquent l’OASIS, un lieu d’accueil œcuménique pour les personnes en grande précarité ouvert le lundi matin au Temple de la Servette. On peut s’y nourrir, se laver,  trouver des habits, participer à une prière ou bénéficier d’un accompagnement spirituel. Les mots d’ordre sont inclusion et co-responsabilité.

Pour les habitués, une petite centaine de personnes, l’OASIS est également un espace d’écoute, de partage et de rencontre : une famille. Plusieurs dizaines de personnes participent aux activités du jardin potager et à l’atelier de couture.

Kodjo fréquente la Pastorale des Milieux ouverts pour son côté humain : « J’ai tout de suite trouvé un bon accueil et Madame Inès est très bonne. Je retrouve des amis, des frères qui viennent d’Afrique comme moi », précise-t-il. Pour Ahmadou également, le côté social est primordial. « Être ici ou à l’Oasis nous aide beaucoup alors que dehors nous sommes discriminés. Nous recevons des  dédommagements pour des petites activités et c’est important. »

PRÉCARITÉ: L’ÉTÉ EST MOINS CRUEL QUE L’HIVER

Pour les personnes à la rue, « l’été est moins cruel que l’hiver », confie Moussa.  « En été, tout le monde reste dehors et les personnes à la rue sont moins reconnaissables et donc moins stigmatisées », souligne Inès.

En cas de canicule, les risques de déshydratation ou d’insolation sont néanmoins importants importants pour les personnes qui n’ont pas de domicile. De plus, des services d’assistance et les écoles ferment pour les vacances. 

« Jonas a donc eu l’idée d’organiser des après-midis à la piscine pour les enfants et les familles. C’est la première fois que nous prenons une telle initiative », précise Inès.

UNE FORCE QUI SE DÉGAGE

Le jeune stagiaire de l’Ecole de Culture Générale est très à l’aise dans ce milieu. « C’est une expérience très forte et intéressante. Il y a une force qui se dégage des personnes que je rencontre. Il y a aussi un cadre juridique que je ne connaissais pas et ce sont les personnes que nous accompagnons qui m’ont aidé à le découvrir. C’est fort ! », s’exclame Jonas.

C’est l’heure de partir et il incombe à Jonas de fermer le local. Inès doit courir pour se rendre à la prison de Champ-Dollon pour rencontrer un jeune sans-papiers, ni famille en Suisse.

Ines Calstas

Responsable de la Pastorale des Milieux ouverts

Prendre contact

Continuons ensemble à œuvrer
pour nos prochains :

Apporter mon soutien

découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
26/03 ─ catherine Mon Seigneur, bénissez nos familles, nos amis, nos ennemis. Pardon pour notre orgueil sans intérêt. Ayez pitié de L. que tu aimes. Amen425/03 ─ NIcole Nous prions pour un ami réfugié qui se trouve en ce moment aux soins intensifs. A l'AGORA, il chemine avec nous depuis plus de 15 années. Nous avons partagé tant d'événements avec lui. Nous souhaitons le soutenir dans ce moment si difficile pour tous.524/03 ─ Marie-Thérèse Seigneur je vous offre ma prière pour venir en aide à cette famille avec 3 petits enfants et dont le papa est dorénavant sans travail en raison de cet horrible virus. Je prie tous les jours pour eux et pour tous les soignants et pour tous nos prêtres. Seigneur donne-moi suffisamment de travail pour les aider.524/03 ─ Barbara Prions pour Béatrice et sa famille qui a perdu son papa cette nuit et pour ses 2 fils qui ont travaillé en hôpital et qui sont infectés du COVID19. Merci à toutes et tous de vous joindre à moi.422/03 ─ Christine Pour le pays de Madagascar, pays pauvre qui n'a pas les mêmes infrastructures qu'en Europe et qui a plusieures personnes avec le coronavirus.422/03 ─ paula POUR NOTRE ÉVÊQUE CHARLES MOREROD ,NOTRE VICAIRE L'ABBÉ PASCAL DESTHIEUX ,ET TOUT LES PRÊTRES QUE LE SEIGNEUR AIE MISÉRICORDE ET LES BÉNISSE,PRIONS LE SEIGNEUR.321/03 ─ Nicole Un ami réfugié que nous accompagnons depuis une quinzaine d'années est atteint Covid-19 et se trouve aux HUG. Depuis que nous le connaissons, il souffre d'une insuffisance pulmonaire et d'asthme. Il vit loin de son pays, de sa famille et petit à petit, l'AGORA est devenue comme sa famille. Nous prions pour lui et les siens.521/03 ─ Roger Pour notre très cher curé. Prions pour son âme. Repose en Paix420/03 ─ Lucie Prions pour notre abbé, décédé prématurément, pour le repos de son âme. Seigneur, protèges-nous tous de cette terrible maladie et laisses-moi ma famille, ainsi qu’Hashka auprès de moi, j’ai encore tant besoin d’eux. Priez pour que ma colère s’apaise et que je trouve la force de pardonner et la voie du Seigneur en mon cœur. Amen. 2019/03 ─ martine Seigneur nous avons fermé les yeux, fermé notre coeur et nous t'avons oublié. Pardonne nous, écoute nos prières et épargne tant d'innocents, épargne la douleur des familles, à genoux nous te prions. Protège ceux qui courageusement sont en première ligne pour les soigner. Protège notre église et ses fidèles. Amen9