Faire un don
Vous êtes iciAccueil > Toutes les actualités > Homélie du dimanche 15 mars 2020 – Troisième dimanche de Carême

Homélie du dimanche 15 mars 2020 – Troisième dimanche de Carême

L’abbé Alain-René Arbez nous propose l’homélie de ce dimanche. 

Lectures de ce dimanche

Nous voici face à une magnifique page du 4ème évangile : la rencontre de Jésus avec une femme samaritaine au puits de Jacob. Nous avons sans doute repéré quelques images-clé…un homme, une femme ; le puits, l’eau, les noces, le Temple, alors nous nous demandons : quelle est la logique de ce récit ? En quoi nous rejoint-il dans notre recherche de Dieu?

La rencontre de Jésus avec une femme de Samarie, c’est d’abord l’écho d’une rencontre qui a eu lieu historiquement ; mais c’est surtout la mise en forme d’une catéchèse de l’Eglise primitive. Il s’agit donc à la fois d’un dialogue instructif entre Jésus et une femme samaritaine, et la mise en lumière de l’étape qui va suivre : l’annonce du Christ vivant  à la province de Samarie, vers la fin du 1er siècle ! Ce sera une réconciliation entre populations auparavant distanciées mais puisant à la même foi originelle. 

Dans sa passion pour l’unité, partout Jésus cherche à rassembler. Et il le fait autour de l’essentiel : l’alliance, grâce à des moments de dialogue constructif. Jésus est ouvert à tous, et il se veut particulièrement attentif aux blessés de la vie, et aux assoiffés de vérité…

Un message profond

La rencontre avec cette femme de Samarie fait partie de ces temps forts et nous apporte un message profond. Le fait qu’elle ait lieu autour du puits de Jacob n’est pas un hasard. C’est au bord d’un puits que se trouvait Rebecca la future femme d’Isaac. C’est autour d’un puits que leur fils Jacob a découvert Rachel qui sera la mère de Joseph. Et c’est encore au bord d’un puits que Moïse rencontrait Tsippora qui serait son épouse, chez Jéthro prêtre de Madian. Le puits est donc bien le lieu symbolique pour les rencontres et pour les noces ! Depuis l’Exode au désert, le puits c’est l’image de l’eau qui fait vivre. Il y a au début du 4ème évangile le récit des noces de Cana, ici il est aussi question de mariage, mais cela concerne étrasngement une femme aux cinq maris. Dans tous les cas, cela renvoie à l’alliance de Dieu avec son peuple, puisque Dieu veut épouser notre humanité pour assurer son bonheur. 

Rencontre de Jésus avec une femme samaritaine

Essayons de comprendre le cadre de cette rencontre de Jésus avec une femme samaritaine. Au cours de l’histoire d’Israël, souvent envahi par des voisins plus puissants, une fracture entre communautés de Judéens et de Samaritains était survenue, en raison de circonstances politiques et religieuses désastreuses. La province samaritaine, avait dû supporter un apport de populations païennes extérieures, imposé par l’envahisseur assyrien, ce qui introduisait des pratiques idolâtriques autour de cinq divinités principales : C’est ce qui avait peu à peu amené la région à un culte différent de Jérusalem et à une interprétation de l’Ecriture assez restreinte… 

On comprend mieux l’ouverture d’esprit exemplaire exprimée dans ce texte selon St Jean : Jésus, un rabbi judéen né à Bethléem et qui parcourt la Galilée, qui pratique fréquemment au Temple de Jérusalem, vient se ressourcer, près du puits de Jacob, en demandant à boire à une femme de Samarie, membre d’une population suspectée d’hérésie. Ici, la femme samaritaine symbolise plus que sa personne, elle représente toute une province considérée par les autorités de Jérusalem comme infidèle à la vérité. 

C’est à partir de là que la femme samaritaine reconnaît que son visiteur est « prophète » ; il est vrai qu’il la rend consciente de cet éloignement spirituel, le sien et celui de toute une province avec ses croyances teintées d’idolâtrie. « Donne-moi à boire ! » demande Jésus…ce qui veut dire au-delà des différences, s’abreuver ensemble à la vraie source, celle qui est véritablement aux origines de la tradition biblique ; en effet la scène se passe en ce lieu prestigieux qu’est le puits de Jacob, symbole des pères fondateurs. 

La scène se passe aux alentours de midi, quand le soleil est le plus implacable, nous retrouvons ici une image de la soif spirituelle de tant de personnes qui souffrent de l’aridité des temps où ils vivent. A notre époque tourmentée, cette soif pourra être celle de personnes en errance de convictions et en recherche d’un objectif de vie. 

La sagesse donnée par Dieu

Mais alors que la femme parle de l’eau à puiser,  Jésus parle de l’eau vive, souvent évoquée dans la Bible, en particulier dans les psaumes. L’eau vive désigne la sagesse donnée par Dieu pour vivre en accord avec sa volonté et devenir juste à ses yeux. On la retrouve dans les messages des prophètes, comme Jérémie : l’eau vive est indispensable au croyant qui veut traverser les passages éprouvants de son existence sans tomber d’inanition sur son chemin…

Le récit nous suggère que Jésus veut conduire l’humanité à la résurrection et à la vie, car dans cette rencontre, nous le voyons qui passe du rôle d’assoiffé, qui a besoin d’eau, à celui de désaltéreur, qui donne à boire. Par conséquent, toute personne qui adhérera à son enseignement de salut acquerra aussi la même possibilité de désaltérer les autres, c’est-à-dire tous ceux et celles qui recherchent éperdument le sens et le but de leur vie sur terre. 

Au cours du dialogue, la conclusion donnée par le Christ retentit comme une profession de foi au v.22: « le salut vient des juifs! Une clé indispensable pour comprendre comment Jésus se situe face aux détresses de son temps. Certes, il respecte cette femme samaritaine, il est accueillant envers sa situation, il admet la sincérité religieuse des Samaritains, mais il ne transige pas sur le fait que c’est de Jérusalem seulement que vient la tradition authentique des pères. Cette femme a beau se réclamer de l’ancêtre Jacob, avec ses compatriotes, pour Jésus, il est clair qu’ils ne savent pas ce qu’ils adorent ! La révélation leur est peu à peu devenue floue et lointaine. 

C’est donc à cette source vivante de vérité – qui irrigue nos racines – que l’évangile du Christ convie tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté. On ne peut enfermer Dieu dans des mots, des systèmes, des rituels, il faut dit-il des adorateurs en esprit et en vérité. 

Nous arriverons dans quelque temps aux jours de la passion à la fin du carême. Rappelons-nous que mis en croix, Jésus a aussi crié : « j’ai soif ! » Et lorsqu’il rend l’esprit, à côté du sang eucharistique sur son côté percé par la lance, l’eau jaillit de son cœur, c’est une eau baptismale qui va purifier tous ceux et celles qui seront réceptifs à son amour donné totalement. 

Soif de la vraie vie

Nous comprenons ainsi que Jésus a mené toutes choses à leur accomplissement en ayant soif. L’adoration en esprit et en vérité, il l’a réalisée lui-même et il nous invite à la vivre nous aussi en reconnaissant que nous avons soif de la vraie vie. Nous sommes tous des sanctuaires du St Esprit, des temples vivants, où la vérité de Dieu et de l’homme ne demande qu’à se manifester, pour autant que nous ayons soif de mieux la connaître avec le désir de la transmettre, comme la Samaritaine l’a fait autour d’elle. Amen  

 

Image: Photo by Rod Long on Unsplash

Tags : #homélie

Continuons ensemble à œuvrer
pour nos prochains :

Apporter mon soutien

découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
21/09 ─ Victoria Seigneur, ma vie semble écrouler de plus en plus. Le chemin qui me mène à ma vocation est tapissé d'obstacles qui me semblent d'être de plus en plus lourds à surmonter. Je t'ai promis de ne jamais arrêter de suivre mon chemin. Et je garde cette promesse avec ardeur, je continue à chanter, l'envie de faire de la musique ne s'éteint pas. Aide-moi !221/09 ─ Anne Pour Hippolyte, 47 ans, père de famille au chômage en fin de droits, pour qu'il retrouve prochainement du travail.221/09 ─ Landy Mon fils vit depuis sa naissance avec un handicap psycho-moteur. Je veux lui offrir une meilleure prise en charge de rééducation, qui n’existe pas à Madagascar. Merci de prier pour mes deux enfants et moi afin que nous puissions nous établir à Toulouse et surmonter toutes les difficultés liées à ce changement de vie.221/09 ─ Gabriel Pour le Pape Francois. Pour Diane et pour moi. Pour Lidia, Sergio,Amalia, Ariel, Diego, Maya,Teo. Pour mon travaille et pour mes companions de travaille. Pour Europe, Etats Unis, Canada,et pour Argentine. 218/09 ─ Frédéric Seigneur, que la division de ma famille soit passagère et que nous puissions retrouver, malgré nos différences et nos blessures profondes, un nouvel élan vers vie familiale pacifiée . Je te prie pour la conversion de mes frères et sœur. Donne-leur des grâce spéciales pour trouver le chemin qui conduit vers toi.217/09 ─ Paula Pour la santé de mes enfants Laurent et Luana. 217/09 ─ Matteo Charbel Intention de prière pour le bébé Matteo. Seigneur, nous prions pour que ses yeux soient guéris et qu’il retrouve son sens de la vue. Amen. 213/09 ─ Michèle Pour que cette période de nouveaux examens médicaux m apportent de bonnes nouvelles après ce cancer qui s est invité soudainement dans ma vie Que je puisse continuer à témoigner de ma foi autour de moi et transmettre à mon petit fils toutes ces valeurs qui me sont précieuses . Prions pour tous ceux qui, comme moi sont touchés dans leur santé .412/09 ─ Martin Waseem, un ami du Pakistan, qui vit une phase de découragement et de dépression qui le fait penser au suicide... même les marques d'amitié ne l'aide pas à garder courage et retrouver espoir. Pour qu'il sente l'Amour du Père, la grâce de Jésus qui a tout livré pour lui sur la Croix, pour retrouver qu'il a de la valeur et que sa vie vaut la peine.410/09 ─ Francine Pour l’unité de toutes les familles, incluant la mienne. Seigneur aides-nous ça à suivre l’exemple de Papa Joseph, Maman Marie et notre Seigneur Jésus-Christ; à vivre dans la paix, l’harmonie et Ton Amour. Amen.4