Faire un don
Vous êtes ici Accueil > Toutes les actualités > Au quotidien > Homélie du dimanche 22 mars 2020 – Quatrième dimanche de Carême

Homélie du dimanche 22 mars 2020 – Quatrième dimanche de Carême

L’abbé Giovanni Fognini, aumônier aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), nous propose l’homélie de ce dimanche

Lectures du 4ème Dimanche de Carême

La guérison d’un aveugle-né : voilà une toute belle page de l’évangile propre à Saint-Jean (9,1-41). Ce récit est une longue méditation sur le thème de la lumière, mieux de l’illumination : l’action accomplie par Jésus afin que nous voyions et soyions arrachés aux ténèbres. Mais aussi un long procès intenté à Jésus, lui qui est « la lumière du monde », « la lumière venue en ce monde, qui illumine tout être vivant », lumière souvent non-accueillie !

Le paradoxe est là : celui qui est aveugle, non voyant, rencontrant celui qui est la lumière du monde, devient capable de « voir » ; ceux qui voient (les disciples, les pharisiens, d’autres) rencontrent Jésus, mais restent aveugles, incapables de voir. Paradoxe qui traverse aussi nos propres vies et nos façons de croire.

Laissons la Parole, pas à pas, nous illuminer

Jésus arrive à la piscine de Siloé : il voit un homme touché par la cécité depuis sa naissance. Les disciples aussi voient cet homme. L’homme ne demande rien. C’est Jésus qui voit en lui une personne dans le besoin, qui a besoin d’être sauvée, libérée. Les disciples, eux, sont enfermés dans le regard de l’époque sur les personnes malades : il a péché ! D’où leur question : est-ce lui qui a péché ou ses parents, pour qu’il soit aveugle de naissance ?

« Ni lui, ni ses parents ». Parole de libération, parole d’ouverture, parole qui sauve, qui donne du sens. Jésus exclut tout lien entre le mal et le péché, et le châtiment de la part de Dieu.

Et nous ? Nous ne sommes pas libérés de cette question … nous cherchons toujours un coupable … nous intentons des procès à Dieu lorsque nous souffrons. Jusqu’à se demander (paroles que j’ai entendues) : la pandémie actuelle n’est-elle pas une punition, un châtiment que Dieu nous envoie parce que nous sommes trop pécheurs ?

Souvent comme croyants, face au mal, nous cherchons une explication, nous voulons déceler la faute et qui est le coupable. Jésus refuse ce regard-là : pas d’explication au fait que cet homme soit aveugle de naissance, mais un regard, une attitude pleine de compassion et d’humanité pour manifester à l’aveugle que la vie est plus forte que la mort. C’est ainsi que Jésus « voit » !

Alors Jésus pose des gestes qui ressemblent aux mêmes gestes de Dieu, dans le récit de la Genèse, avec lesquels il créa Adam. Pas des gestes magiques, mais gestes pleins d’humanité : l’aveugle se sent touché, il sent les doigts de Jésus et cette boue sur ses propres yeux ; il sent surtout qu’il peut mettre sa confiance en Celui qui l’a vu et a repéré sa souffrance. L’aveugle est re-créé. Il est vraiment une créature nouvelle : non seulement parce qu’il voit, mais, surtout, parce qu’il est à nouveau réintégré dans la communauté religieuse et sociale (auparavant, c’était un exclu !).

UN CHEMIN DE FOI

S’ouvre alors pour l’aveugle un chemin de foi . Il est aveugle, mais il n’est pas sourd : il entend la parole qui lui demande de bouger, de marcher, d’aller se laver à la piscine. Et cet homme fait l’expérience que la parole de Jésus est efficace, féconde, agissante : il voit ! Il voit non seulement avec ses yeux guéris, mais il voit surtout qui est vraiment Jésus : « la lumière venue en ce monde pour sortir tout homme des ténèbres »

Ayant recouvré la vue, cet homme va se débattre contre l’hostilité et l’incrédulité de son entourage. Même ses parents, par peur, le laisseront à lui-même. Tout est mis en question : la cécité initiale, la guérison, la légitimité de l’action de Jésus (un jour de sabbat !), son identité. L’ancien aveugle fait presque figure d’accusé : « Tu es plongé dans le péché depuis ta naissance ». Seul, cet homme n’a pas encore vraiment rencontré Jésus. Pour l’instant, il voit tout, sauf la source de sa lumière !

Le dialogue final entre l’aveugle-né guéri et Jésus est le cœur de toute cette scène : qui est vraiment Jésus ? Il n’est pas seulement un « homme » ou « le prophète », « l’homme qui vient de Dieu » ou « le Fils de l’homme » : il est le Seigneur ! Oui ce ne sont pas les dires des gens ou le savoir des pharisiens qui sauvent, mais Jésus, le Seigneur, lumière du monde, qui nous fait sortir de tous nos aveuglements.

J’aime l’attitude finale de l’aveugle-né guéri : il se prosterne. Geste de la reconnaissance, de l’adoration. Geste de la vraie foi.

Nous aussi, nous sommes invités à grandir dans notre chemin de foi. Accepter le regard de Jésus sur nous, sur nos aveuglements, c’est apprendre à nous voir nous-mêmes en vérité. Nous enfermer sur nos certitudes, nos doctrines, c’est empêcher que s’ouvre en nous une brèche pour accueillir l’action innovatrice de Dieu. Et, tout simplement, de voir clair !

Abbé Giovanni Fognini, Aumônier HUG, 22 mars 2020

Image: Centro Aletti

Tags : #Homélie
découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
21/02 ─ keirana Seigneur Jésus, libères et guéris-moi de mes inquiétudes et de mes insatisfactions. Si tu le veux, Amen.219/02 ─ Feten Seigneur, je prie pour pouvoir faire du mannequinat et du cinéma cette année, jouer avec talent et gagner suffisamment d'argent pour aider à résoudre la crise mondiale en partageant avec les pays du monde. Au nom de JC, protège-moi ainsi que ma famille contre tout mal. Je demande aussi de maigrir et de ne jamais être sous tutelle ou curatelle. Amen.212/02 ─ keirana Prions pour toutes les scènes de pillage et de violence en France, faite par des jeunes en perdition. Des jeunes qui ne respectent ni le pays, ni les travailleurs, ni les citoyens Français. Des jeunes qui ne respectent ni parents, ni familles. Des jeunes qui ne respectent pas les autorités publiques, ni l'autorité Divine. AMEN 111/02 ─ Marina Seigneur vient me guérir de ma dépression qui dure depuis un an, aucun traitement ne marche et je désespère. Seigneur c'est toi le plus grand médecin et j'ai confiance en Toi309/02 ─ magloire Seigneur Dieu tout puissant, je te rends grâce pour le don surabondant de vie dont comble ma famille et moi-même et tous tes bienfaits dans ma vie; Père je te confie mon procès contre mon ex-employeur qui s'obstine à payer mes droits afin la vérité triomphe et que la sentence soit en ma faveur. Enfin père aide moi avec un bon travail.108/02 ─ GERMAINE Seigneur tu sais ce que je vis je te supplie de terminer la guérison que tu as commencé à moi. Je te supplie de protéger mes enfants mon mari et tous ceux qui habitent dans notre maison. Protège toute ma famille Seigneur . 207/02 ─ litiline doris PERE ETERNELLE JE TE REND GRACE POUR TOUS LES BIENS FAIRE DANS MA VIE . PERE TRES BON DELIVRE MOI ET MA FAMILLE DE TOUS LES ATTACHEMENT ANCESTRALE. OUVRE TOUS MES PORTES FINANCIERE. ELOIGNE MOI DE TOUS CE QUI M'ENPECHE DE ME CONCENTRE SUR MES OBJECTIF .MET MOI SUR LE BON CHEMAIN ET REMPLIR MON COEUR DE TA MISERICORDE. 107/02 ─ Martin Seigneur je prie pour Clémence, pour sa guérison et pour la diminution de sa souffrance. Je prix aussi pour sa conversion et qu'elle trouve la paix en ton sein.807/02 ─ Feançoise Grande Sainte Rita, toi la Sainte de l'impossible et des causes désespérées je te confie l 'avenir professionnel de Séverine. Fait STP que l'entreprise trouve un acheteur e afin qu'elle puisse continuer ses activités .Ne méprise pas mes prières mais accueille les et exauce les. Je met toute ma confiance et mes espoirs en toi. MERCI Sainte Rita106/02 ─ Sandy Je vous sollicite afin que vous m'accompagniez dans la prière pour Lio , pour a santé afin qu'il retrouve la guérison complète et puisse vivre normalement. Que le Médecin par excellence tourne sa face sur lui et étende sa main sur lui afin qu'il soit restauré et vivre en paix . Amen 🙏7