Faire un don
Vous êtes iciAccueil > Toutes les actualités > Entretien avec Mgr Charles Morerod: où va l’Eglise ?

Entretien avec Mgr Charles Morerod: où va l’Eglise ?

Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève, Fribourg (LGF),  s’exprime sur sa vision de l’Eglise de demain.

Vous avez affirmé que l’Église est parfois prise « dans un carcan trop lourd » et qu’il est urgent de « réduire les structures ». Le diocèse est-il à l’aube d’une révolution ?

Mgr Morerod: Je ne sais pas si c’est nous qui sommes à l’aube d’une révolution ou s’il faut simplement observer ce qui se passe. Il y a quelques années, un évêque français disait déjà que dans son diocèse, le nombre de prêtres avait été divisé par 5 en 15 ans. Un autre soulignait qu’il ne manquait pas de prêtres, mais de chrétiens; enfin les analyses, en France, nous disent que la moitié des adultes baptisés dans l’année arrêtent d’aller à l’église dans l’année qui suit, car il n’y a plus de communauté. En visite pastorale à Genève, une femme d’une trentaine d’années m’a dit qu’elle ne va jamais à la messe de sa paroisse, où j’étais en visite, et qu’elle se rend plutôt à Saint-Joseph ou à Notre-Dame.

Ce n’est pas nouveau, mais quand va-t-on ouvrir les yeux ? Il ne s’agit pas de mépriser les paroisses avec peu de monde ou encore moins les personnes peu nombreuses qui y vont. Mais de prendre acte du fait qu’en plusieurs endroits nous n’avons plus la masse critique de mettre en œuvre les solutions du passé. Le risque est d’épuiser les personnes, sans leur offrir un lieu où elles sont heureuses de se rendre. Il est aussi important de préciser qu’il ne s’agit pas d’une déclaration générale, mais d’une réalité de nombreux endroits. À Genève, il y a des églises pratiquement collées les unes aux autres, surtout en ville. Je crois que nous devons surtout prévoir des lieux où la foi peut être vécue joyeusement et d’une façon qui donne envie d’y revenir.

La solution passe-t-elle par une réduction du nombre d’églises ou par une spécialisation des lieux ?

Mgr Morerod: Cela dépend. Je pense qu’à certains endroits le fait que nous ayons un trop grand nombre d’églises participe vraiment à la dispersion. Je ne dis pas qu’il faut raser des églises, mais je ne sais pas pour combien de temps nous aurons encore de l’argent pour les entretenir. Le manque d’argent est aussi le signe qu’il n’y a pas une communauté qui en ressent le besoin. Il faut trouver la juste mesure d’une présence chrétienne diffuse, mais sans dispersion, afin de rassembler les fidèles plutôt que de les diviser par un trop grand nombre d’églises avec peu de monde. Il faut une communauté où l’on puisse justement remarquer que l’on n’est pas une espèce en voie de disparition.

À Genève des églises vont être restructurées pour construire des lieux de culte plus petits, mais modulables.

Mgr Morerod: C’est une option sage, mais je crois que nous ne pouvons pas renoncer à réduire le nombre de lieux de culte. Des lieux plus petits et modulables peuvent aider les communautés à être heureuses de se retrouver. Être à 15 dans un lieu pas très vaste permet de ressentir d’être vraiment ensemble alors que ce n’est pas le cas si 15 personnes sont dans une église qui peut en accueillir 600 ou plus !  Avoir des lieux modulables est aussi une bonne option, surtout dans les villages. Il est, par exemple, souvent important pour les personnes de célébrer les funérailles d’un proche dans leur village. Reste à savoir si nous avons les moyens d’entretenir tous ces lieux et de les faire vivre.

En 2013, vous affirmiez déjà que si le manque de prêtres est un souci, la question plus fondamentale est la diminution du nombre de croyants. L’Église a-t-elle les forces d’inverser cette tendance ?

Mgr Morerod: Je crois à un lien très étroit entre vie des communautés et vocations issues de ces communautés. Si l’on voit l’Évangile présent dans nos vies et nos communautés, si l’on se réunit dans la joie de la présence du Christ, bien des personnes qui se demandent que faire de leur vie pourront s’associer à cette joie. Le fait que l’on nous connaisse de moins en moins signifie d’une part qu’on vient moins à l’église, d’autre part qu’on peut la redécouvrir. Et cela est assez sensible à Genève. La diversification des propositions est sans doute bienvenue, et peut profiter de petites communautés vivantes.

Par voie de presse, vous avez déclaré qu’à terme, le nombre de prêtres peut être divisé par deux et qu’il ne faut plus favoriser le phénomène de fuite de cerveaux en « important » des prêtres de l’étranger pour célébrer des messes. Pourtant le rôle d’un prêtre n’est-il pas plus vaste ?

Mgr Morerod: Certes, il est plus vaste : avant de célébrer les sacrements, il doit annoncer l’Évangile. Toutefois il n’est pas seul à le faire. Si j’insiste sur le lien entre prêtre et communauté, c’est avant tout parce que la célébration de l’eucharistie est au cœur de la vie d’une communauté parce que c’est la présence du Christ (par la célébration à la fois de la liturgie de la Parole et de l’Eucharistie) qui constitue le plus fondamentalement l’Église.

Qu’en est-il des agents pastoraux laïcs et de la pastorale ‘catégorielle’ ?

Mgr Morerod: La vie de l’Église est l’affaire de l’ensemble des baptisés. La participation active (et aussi professionnelle) de laïcs à l’apostolat est fondamentale : sans elle l’Église serait tronquée. De même que la vie des paroisses et la présence de l’Église dans de relatives « périphéries » sociales (rue, prison, hôpitaux-EMS etc.) s’appellent mutuellement.

Que pensez-vous du projet de Maison d’Église à Genève et du nouveau Service de la spiritualité ?

Mgr Morerod: Je trouve le projet de Maison d’Église très bien et plus facile à repérer que les locaux (dispersés) actuels. L’incendie de l’église du Sacré-Cœur a montré que ce lieu était connu des Genevois et leur tenait à cœur. Pour le nouveau Service, j’avais fait remarquer à Genève que la spiritualité était absente de ce que nous présentions et que là il y a un besoin et un désir très perceptible, surtout chez des personnes qui découvrent la religion d’une manière générale, car aujourd’hui on ne la connaît plus. Cela vaut vraiment la peine de partir de là. Car c’est pour ça que l’on va à l’église.

Lors de rencontres cantonales de réflexion sur le futur du diocèse vous avez indiqué deux concepts clés : la subsidiarité, pour le respect des réalités locales et personnelles, et la transversalité, pour favoriser une réflexion commune sur les questions communes. Quelles sont les implications déjà envisageables au niveau des structures ?

Mgr Morerod: Une consultation est en cours depuis pas mal de temps. Il y a un lien entre les deux. Alors que je venais d’être nommé évêque, j’ai rencontré le conseil pastoral sortant. Déjà alors, les gens me disaient : je veux bien venir à ce conseil, mais au fait je suis dans le conseil pastoral de ma paroisse, de mon Unité pastorale, du canton et du diocèse et l’on dit toujours les mêmes choses. J’ai l’impression que je ferais mieux de vivre ma vie chrétienne. Et cela est vrai dans d’autres domaines. Dans chaque canton ou Vicariat, on traite souvent des mêmes questions sans savoir ce qui est discuté ailleurs, alors qu’en mettant les gens ensemble nous pouvons tirer profit des expériences des autres dans le même domaine. L’idée d’un diocèse est aussi cette mise en commun des expériences. C’est le concept de la transversalité.

En même temps, il y a la subsidiarité, qui est liée. On observe que c’est sur place, auprès des personnes que l’on comprend vraiment la situation. Je m’inspire de ce que dit le pape à propos des familles : les grands principes sont toujours valables, mais plus on s’approche de cas très particuliers moins ils s’appliquent. Quand on regarde la personne devant soi, un lieu ou une petite communauté de près, on comprend des choses qui ne se comprennent pas seulement en termes généraux. C’est ça la subsidiarité, qui est locale et personnelle et pas seulement cantonale. Le poids des structures m’inquiète et je vise à ce qu’il y ait une plus grande vitalité, mais à ce stade, il est difficile d’être plus précis sur l’impact au niveau des structures.

Une expérience de transversalité a vu le jour avec la création d’une cellule COVID-19 diocésaine, réunissant notamment des personnes de l’ensemble des Vicariats.

Mgr Morerod: C’est un bon exemple. Les normes cantonales pour la pandémie ont été différentes, mais les questions ont été les mêmes, bien qu’elles soient arrivées de façon décalée. Ainsi quand une question arrivait dans un canton, on y avait déjà réfléchi dans un autre, à certains égards. Cela évite aux autres de faire toute la réflexion à partir de zéro et cela évite de mobiliser un nombre de personnes plus grand. La cellule diocésaine réduit aussi le risque d’erreurs. C’est une forme d’entraide mutuelle pour les questions communes qui tient compte des spécificités locales.        

Propos recueillis par Sba – paru dans  le Courrier pastoral de février 2021

Image: © diocèse LGF

 

Continuons ensemble à œuvrer
pour nos prochains :

Apporter mon soutien

Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
21/02 ─ Viktor Je viens vous prié pour ma maman qui est à l'hôpital elle respire mal et son cas s'aggrave je vous demande de prié pour elle afin qu' elle guérisse rapidement et complètement je vous remercie par avance amen1618/02 ─ Isabelle Pour mon petit-fils Malo, 4 mois à qui on vient de poser le diagnostic de Syndrome de Claude Bernard Horner. Ma fille Emilie est en détresse. On attend une irm pour savoir s'il y a une tumeur. Seigneur , je te confie Malo et des grâces de force et de courage pour ses parents.1218/02 ─ Angela Seigneur aide moi. Je me sens perdue , épuisée et j'ai perdu le goût de vivre. Je n'ai plus confiance en moi et je fais des crises d'angoisses... donne moi la force de dépasser ce moment. et pour mon ami et ma fille ... que je ne perde pas mon travail et que je rembourse mes dettes 1417/02 ─ Josué Seigneur, je te prie d'illuminer, accompagner et guider dans ta gloire l'âme de Marcela. Personne de grand bonté, qui laisse des merveilleux souvenirs dans mon esprit et de tous ceux qui l'ont connu. Amen817/02 ─ JACOB MARCEL Pour la paix EN COTE D'IVOIRE que la lumière du christ nous éclaires toutes notre vie et la réussite dans nos études. AMEN616/02 ─ Loic Intention de prière pour ma grand-mère Catalina Hernandez, qui aura une opération ce vendredi 19 février au Mexique. Mon Jésus, avec mes parents, mon grand-père, mes oncles et mes tantes, nous prions pour que son cancer soit guéri et qu’elle trouve sa belle voix. Amen. 712/02 ─ Claude Syntyche Mignon J'implore la miséricorde de Dieu dans ma vie, que Dieu prenne le contrôle de ma vie. Et qu'il m'aide dans tout ce que je prends comme décision et objectif à atteindre. Qu'il me bénisse encore et encore. Je lui donne mes dossiers aussi entre ses mains, qu'ils aient une suite favorable partout où je les ai déposées. 408/02 ─ Hermès J'implore la miséricorde du Seigneur pour la guérison de mon corps et que le Seigneur dans sa tendresse me delivre de toute infirmité corporelle. 1105/02 ─ Flo Seigneur Tout-Puissant je vous en supplie, sortez-moi de cette situation infernale dans laquelle je me trouve, par grande naïveté et bêtise, et retablissez-moi je vous en supplie urgemment dès à présent, je ne peux continuer comme cela, je m'en veux tellement à vouloir être trop gentil et naïf et ne pas blesser, j'ai détruit ma vie.1002/02 ─ André Pour que je sache rembourser rapidement tous mes crédits, dettes, factures, impôts, taxes, frais médicaux, paramédicaux, médicamenteux et que ma famille Anaïs, Alexandre, Tatsiana et moi André, nous revivions dans l'abondance financière, matérielle et spirituelle. 7