Faire un don
Vous êtes ici Accueil > Toutes les actualités > Au quotidien > Pape François : 10 ans de pontificat !

Pape François : 10 ans de pontificat !

Le 13 mars 2013 , l’Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu sur le trône de Pierre : il est alors le premier pape latino-américain , le premier pape jésuite et le premier à porter le nom de François.  À l’occasion du dixième anniversaire de son pontificat, le pape François a  accordé un entretien à la la télévision de la Suisse italienne. Nous vous proposons un article de cath.ch avec des longs extraits  de ses propos et des liens  utiles.

Pape: «L’Église est pour tous, pas que pour certains»

François a ouvert les portes de la Maison Sainte-Marthe pour la RSI, le temps d’une interview consacrée aux dix ans de son pontificat.

RSI: Saint-Père, au cours de ces dix années, qu’est-ce qui a changé?
Pape François:
Je suis vieux. J’ai moins d’endurance physique. La blessure au genou a été une humiliation physique, même si maintenant elle guérit bien.

Cela vous a-t-il pesé de vous déplacer en fauteuil roulant?
J’en avais un peu honte.

Beaucoup vous décrivent comme le pape des petits. Le ressentez-vous comme tel?
Il est vrai que j’ai une préférence pour les laissés-pour-compte, mais cela ne veut pas dire que je rejette les autres. Les pauvres sont les préférés de Jésus. Mais Jésus ne renvoie pas les riches.

Jésus demande d’inviter n’importe qui à sa table. Qu’est-ce que cela signifie?
Cela signifie que personne n’est exclu. Quand ceux qui étaient à la fête ne venaient pas, il disait: «Allez aux carrefours et appelez tout le monde, les malades, les bons et les mauvais, les petits et les grands, les riches et les pauvres, tout le monde». Nous ne devons pas oublier ceci: l’Église n’est pas une maison pour certains, elle n’est pas sélective. Le peuple saint et fidèle de Dieu, c’est cela: tout le monde.

Pourquoi certaines personnes se sentent-elles exclues de l’Église en raison de leur condition de vie?
Le péché est toujours là. Il y a des hommes d’Église, des femmes d’Église, qui font la distance. Et c’est un peu la vanité du monde, se sentir plus juste que les autres, mais ce n’est pas juste. Nous sommes tous pécheurs. À l’heure de la vérité, mettez votre vérité sur la table et vous verrez que vous êtes un pécheur.

Comment imaginez-vous l’heure de vérité, la vie après la mort?
Je ne peux pas l’imaginer. Je ne sais pas ce qu’elle sera. Je demande seulement à la Sainte Vierge d’être avec moi.

Pourquoi avez-vous choisi de vivre à Sainte-Marthe?
Deux jours après l’élection, je suis allé prendre possession du Palais apostolique. Il n’est pas très luxueux. Il est bien fait, mais il est énorme. J’ai eu l’impression d’un entonnoir renversé. Psychologiquement, je ne peux pas tolérer cela. Par hasard, je suis passé devant la chambre où j’habite et j’ai dit: «Je vais rester ici». C’est un hôtel où vivent quarante personnes qui travaillent à la curie. Et les gens viennent de partout.

Y a-t-il des choses qui vous manquent dans votre vie d’avant?
Marcher, aller dans la rue. Je marchais beaucoup. Je prenais le métro, le bus, toujours avec des gens.

Que pensez-vous de l’Europe?
En ce moment, il y a tellement de politiciens, de chefs de gouvernement ou de jeunes ministres. Je leur dis toujours: parlez entre vous. Celui-là est de gauche, toi tu es de droite, mais vous êtes tous les deux jeunes, alors parlez! C’est le moment de dialoguer entre jeunes.

Qu’est-ce qu’un pape qui vient presque du bout du monde peut apporter?
Cela me rappelle une phrase de la philosophe argentine Amelia Podetti: la réalité se voit mieux des extrémités que du centre. De loin, on comprend l’universalité. C’est un principe social, philosophique et politique.

Quel souvenir gardez-vous de ces mois de confinement, de votre prière seul sur la place Saint-Pierre?
Il pleuvait et il n’y avait personne. J’ai senti que le Seigneur était là. Le Seigneur voulait nous faire comprendre la tragédie, la solitude, l’obscurité, le fléau.

Il y a beaucoup des guerres dans le monde. Pourquoi est-il si difficile d’en comprendre la gravité?
En un peu plus de cent ans, il y a eu trois guerres mondiales: 14-18, 39-45, et celle-ci qui est une guerre mondiale. Elle a commencé par bribes et aujourd’hui personne ne peut dire qu’elle n’est pas mondiale. Les grandes puissances sont toutes impliquées. Le champ de bataille est l’Ukraine et tout le monde s’y bat. Cela me fait penser à l’industrie de l’armement. Un technicien m’a dit un fois: si on ne produisait pas d’armes pendant un an, le problème de la faim dans le monde serait résolu. Mais c’est un marché. On fait des guerres, on vend de vieilles armes, on en teste de nouvelles.

Quelles sont les autres guerres qui vous semblent les plus proches?
Le conflit au Yémen, la Syrie, les pauvres Rohingyas du Myanmar, etc. Pourquoi toute cette souffrance? Toutes les guerres font mal. Il n’y a pas d’Esprit de Dieu. Je ne crois pas aux guerres saintes.

Vous critiquez souvent des bavardages. Pourquoi?
Les ragots détruisent la coexistence, ils cassent la famille. C’est une maladie cachée. C’est un fléau.

Comment se sont passées les dix années avec Benoît XVI à Mater Ecclesiae?
Bien, c’était un homme de Dieu, je l’aimais beaucoup. La dernière fois que je l’ai vu, c’était à Noël. Il pouvait à peine parler. Il parlait très doucement, tout bas, tout bas. Il fallait traduire ses paroles. Mais il était lucide et posait des questions: comment ça va? Et avec ce problème-là? Il était au courant de tout. C’était un plaisir de parler avec lui. Je lui demandais souvent son avis. Il me le  donnait, toujours équilibré, positif. Un homme sage. La dernière fois, cependant, on pouvait voir qu’il était sur la fin.

Ses funérailles ont été sobres. Pourquoi?
Les cérémoniaires se sont «cassés la tête» pour préparer les funérailles d’un pape non régnant. Il était difficile de faire la différence. Maintenant, je leur ai demandé d’étudier la cérémonie pour les funérailles des futurs papes, et de tous les papes. Ils étudient et simplifient un peu les choses, en supprimant ce qui ne va pas du point de vue liturgique.

Le pape Benoît XVI a ouvert la voie à la démission. Vous avez dit que c’était une possibilité mais que vous ne l’envisagiez pas pour le moment. Qu’est-ce qui pourrait vous amener à démissionner à l’avenir?
Une fatigue qui ne permet pas de voir les choses clairement. Un manque de clarté, de savoir comment évaluer les situations. Un problème physique aussi, peut-être. Je me renseigne toujours à ce sujet et je demande conseil – «Comment vois-tu les choses? Il te semble que je devrais…» – à des gens qui me connaissent, et aussi à quelques cardinaux intelligents. Et ils me disent la vérité: «continue, ça va bien, mais s’il te plaît: crie à temps!»

Quand vous saluez quelqu’un, vous lui demandez toujours de prier pour vous. Pourquoi?
Je suis sûr que tout le monde prie. Aux non-croyants, je dis: priez pour moi et si vous ne priez pas, envoyez-moi de bonnes ondes. Un ami athée m’écrit : …et je t’envoie de bonnes ondes. C’est une façon païenne de prier, mais c’est une façon d’aimer. Et aimer l’autre, c’est déjà une prière. (cath.ch/catt/gr) Par Paolo Rodari, RSI, traduction et adaptation Grégory Roth, cath.ch

© Centre catholique des médias Cath-Info, 10.03.2023

LIENS UTILES :

Radio Télévision Suisse Italienne (RSI) :

Lien vers l’intégralité de l’interview en italien : ICI

Radio Télévision Suisse Romande (RTS)

Lien vers des extraits de l’interview avec sous-titre en français : ICI

 

Tags : #Pape
découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
28/02 ─ Jennifer Merci de prier pour : Jeanne, Vanessa et Gwennan (mamans atteintes d'un cancer), pour Bénédicte (dame âgée qui à le cœur malade) et enfin pour Françoise pour sa guérison et son moral (dame âgée qui à eu col du fémur+clavicule cassés). Merci 🩷💜128/02 ─ Petra Pour mon fils Luka, 2 ans, grièvement malade et hospitalisé depuis 10 jours. Qu'il guérisse et revienne chez soi. 128/02 ─ Astrid DIEU-NOTRE PERE-NOTRE SEIGNEUR-L'ESPRIT SAINT PITIE, aide toutes les âmes à commencer par celles qui ont le plus besoin de TA MISERICORDE ET DAIGNE TOURNER TON REGARD VERS rien-moi, humblement A TES PIEDS, dans mes épreuves de vies, à moi trop dures et qui me tourmentent sans répit, PARDON SEIGNEUR si c'est à moi trop lourd+++128/02 ─ Genevieve Vierge Marie,Seigneur Dieu Prends pitié de notre foyer. Faites que Guillaume trouve rapidement un travail qui lui plaît et bien rémunéré. Protèges notre famille de tout mal et protèges notre couple. Amen128/02 ─ Michelle Priez pour que Aurélie ma fille née le 22 octobre 1987 réussisse ces 2 partiels d’examen en infirmière qu’elle a raté C’est une femme très investie dans ce beau métier d’infirmière Sans cette réussite d’examen elle ne pourra exercer alors je vous demande vierge Marie de l’aider à aller chercher la réussite de ces 2 examens Merci 🙏 126/02 ─ Duchesse Seigneur ,mon Dieu n’oublie pas ton enfant. Prends pitié de moi et accorde moi ta misecorde car j’ai péché. La vie me parait ci difficile en ce moment. N’oublie pas ton enfant 226/02 ─ Flor Vierge Marie Aidez nous face à nos difficultés d'argent Permettez-nous de rester dans notre maison Apportez-nous votre amour Amen325/02 ─ Valérie Merci de prier pour mes parents en grande difficultés du à l'agressivité de ma mère -sénile- mon père est du coup malade de la voir comme ça, on ne veut pas la placer, aidez nous s'il vous plait, et merci d'aider aussi Martine V. dans sa terrible maladie...225/02 ─ Valerie Pouvez-vous prier pour Samuel 37 ans afin qu'il puisse être embauché, condition de sa croissance et équilibre. Merci223/02 ─ FABRICE Priez pour nous en ce jour, surtout pour ma femme, qui depuis des années est persécutée par sa famille. fait en sorte qu'il nous laisse en paix , qui nous laisse vivre notre vie. Donnez nous la force de pouvoir surmonter tout problème pour avancer dans notre vie. Eloigner de nous tout le malin et mauvais sort. Bénissez nos projets. AMEN2