Faire un don
Vous êtes ici Accueil > Toutes les actualités > Au quotidien > UN NOËL POUR LA CRÉATION

UN NOËL POUR LA CRÉATION

Et si à Noël nous offrions un cadeau à la Terre ? Un geste pour signifier notre désir de prendre soin de la création, notre Maison commune ?

Parfois Noël, comme d’autres fêtes contemporaines, est aussi l’occasion de se laisser aller à la surabondance, synonyme d’excès, de gaspillage et de pollution à travers nos menus de fête et nos achats. Nous le savons, la richesse de cette fête n’est pas dans la multiplication des cadeaux à déballer. mais dans la foi en la naissance d’un enfant, venu nous rejoindre pour nous sauver. Dans cet article, nous vous invitons à une réflexion sur les enjeux écologiques de la frénésie commerciale qui accompagne souvent les fêtes de fin d’année ainsi qu’à une exploration des
pistes pour faire de ce temps une occasion de joie partagée et de  « conversion écologique », comme le souhaite notre pape François dans Laudato si’.
Nous avons rencontré Frédéric Métral. Il est chargé de projet de l’Eglise catholique romaine à Genève pour la plateforme EcoEglise, qui aide les paroisses à s’engager pour la sauvegarde de la création.

Noël est une occasion de multiples réjouissances. Cette fête chrétienne est souvent génératrice d’une surconsommation. Comment en sommes. Nous arrivés là ?

Frédéric Métral: La fête est un temps ritualisé durant lequel nous nous organisons pour sortir du quotidien et entrer dans l’extra-ordinaire. C’est un moment de partage de valeurs et d’appartenance. Toutes les fêtes, profanes ou religieuses, réunissent les participants dans un élan de joie, de liberté, de plaisir, de courage, de mobilisation à l’action. La tradition du Noël laïc trouve évidemment son origine dans la tradition religieuse. Elle a cependant agrégé au fil du temps des symboles nouveaux (le sapin, le père Noël et les cadeaux…) qui ont pris une place prépondérante. Le Noël commercial nous emmène dans un tourbillon de lumière, de beauté, de luxe, de nouveautés, d’originalité, d’insouciance et d’abondance. Nous y consacrons une énergie impressionnante, dès le mois de novembre. Les chrétiens sont aujourd’hui engagés dans ces deux types de Noëls bien différents. Longtemps, nous avons cru que nous pouvions faire les deux en même temps, célébrer la fête de l’abondance et le temps de l’Avent qui nous incite à plus de profondeur spirituelle.

Mais l’accélération du rythme de la consommation et les « lumières de la ville » nous étourdissent et nous risquons de perdre le sens premier et ne plus avoir la disponibilité intérieure pour les réjouissances profondes auxquelles nous sommes invités. Il nous faut alors découvrir comment nous souhaitons être pleinement acteurs de ces moments, en prenant conscience de notre responsabilité et des impacts de nos choix afin de les orienter vers ce qui est important pour nous, individuellement et collectivement. Peut-être avons-nous peur de perdre la magie de la fête si nous osons remettre en cause le « toujours plus » ? Il serait plus simple de rester dans l’insouciance, de faire mine de rien ; mais nous ne sommes pas dupes. Nous savons que notre société de consommation détruit la planète et le « grand bazar » de Noël peut en être le symbole.

Dans sa lettre encyclique Laudato Si’(2015) sur la sauvegarde de la Maison commune, le Pape François emploie l’expression de « sobriété heureuse ».Un Noël sobre peut-il être joyeux ?

 La sobriété n’est pas l’austérité ! Je ne pense pas que notre choix soit entre la radicalité et la compromission. Il existe une voie qui demande de trouver les repères qui vont nous aider à cheminer vers un modèle réaliste et accessible. Attention : tout compromis demande de la vigilance et de l’honnêteté pour ne pas se donner bonne conscience sans vraiment vouloir changer. Il va falloir poser un acte difficile : modifier nos représentations de la fête, la « désenchanter » en quelque sorte dans un processus paradoxalement positif, qui va nous mener vers un « réenchantement ». Il nous faut aussi reconnaître que notre société privilégie l’avoir et que nous rencontrons des difficultés à exprimer nos élans du coeur sans les attacher à des objets, à les matérialiser. La multiplication des cadeaux est une dimension sur laquelle nous pouvons agir.

Il n’est pas nécessaire de faire un état chiffré de la situation pour démontrer que la fête de Noël est devenue un temps d’hyperconsommation, de déballage d’objets et de projets consommateurs d’énergie et producteurs de déchets de façon à mon sens irraisonnée. Cependant, dans bien de cas, nos comportements font mine de ne pas le voir ! Devons-nous attendre que des problèmes de fret maritime limitent l’arrivée des cadeaux et gadgets venus d’Asie pour sortir de notre consommation addictive ?  Une fois ces écueils dépassés, nous pourrons reconnaître les beautés de Noël et les renforcer pour retrouver la magie d’un temps durant lequel nous cherchons à créer du beau, à partager du plaisir et de la fraternité, à créer un élan commun.

L’exercice nous amènera à changer notre manière de faire la fête afin de trouver de nouvelles expressions à ce moment magique de la fin décembre. Et puis n’oublions pas de nourrir le sens de la fête. Si l’Église a ritualisé cet « anniversaire du Christ », c’est pour que nous prenions un temps à la fois individuel et collectif pour renforcer la conscience du mystère qu’il nous est donné de vivre et de partager. Il n’est pas toujours simple de dégager du temps, de l’espace, de la disponibilité pour « faire silence » et se repositionner dans cet émerveillement.

Le temps de l’Avent peut être un temps privilégié pour se remettre à l’écoute. On peut choisir de courir les magasins ou de chercher le silence d’une église. C’est un choix très concret !

Noël est donc une belle occasion de réorienter notre regard sur le sens de notre vie, sur le partage et sur notre confiance en la Vie. Notre changement de regard peut participer à un élan et porter des évolutions que nous n’imaginons pas. Noël est le pari de la Vie face à l’avenir. Et c’est là que revient la magie de Noël, la vraie : le message chrétien du lien avec ce Dieu mystérieux à la fois au coeur de la création, et avec lequel nous pouvons être en relation. Dieu nous rejoint dans notre incarnation, avec nos enjeux, nos défis, mais aussi dans nos temps d’émerveillement et de fête.

un noël pour la création ? TROIS PISTES POUR VOUS AIDER

Trois pistes peuvent nous aider à modifier notre rapport à la fête de Noël : la sobriété heureuse, la compensation et la responsabilité, explique Frédéric Métral.

La sobriété heureuse

La sobriété heureuse oriente le regard sur le gain plus que sur la perte. Certains d’entre nous peuvent fournir des efforts importants, par exemple dans l’espoir de perdre du poids. Je pense que nous sommes tous capables de fournir des efforts similaires pour nous alléger de nos attachements aux objets ou à la nourriture. Cela peut demander de l’imagination : et si nous ne faisions globalement plus qu’un cadeau par personne ? Et si nous nous offrions un temps de jeu, de réflexion, de partage de nos vies, une invitation à un spectacle, à une excursion, plutôt que des objets ? Et si nous arrêtions de noyer les enfants sous des amas de jouets ; si nous cultivions avec eux l’expression des sentiments, du beau, de la culture, de l’action, de la spiritualité ? Si l’on arrive à ce changement de regard, la question du trop d’objets devient accessoire et le sentiment du partage se développe.

La compensation

 La compensation n’a pas pour vocation de remplacer la sobriété. Ce serait une supercherie pour éviter le changement, ce qui n’est pas acceptable dans une démarche d’authenticité. Mais un temps de fête est un moment spécial et il est normal qu’il implique des moyens spéciaux. L’objectif est de définir ce que nous allons faire en plus pour vivre ce temps de fête et les moyens que cela va demander. Ensuite la démarche consiste à définir comment compenser ces moyens particuliers, en répercutant sur un autre moment de l’année la sobriété nécessaire à rééquilibrer ce surplus temporaire.

La responsabilité

La fête de Noël est un temps collectif. Toute la société est engagée ou impactée dans ces festivités de fin d’année. Nous sommes invités, voire conditionnés à y participer dans ses excès et ses beautés. Il est difficile de relier la jolie déco dans la vitrine au réchauffement climatique, de relier mon envie du moment, légitime et pleine de bonnes intentions pour mes hôtes, et l’excès de production et de consommation d’énergie. Il nous incombe de faire ce lien complexe entre un désir immédiat et un bénéfice à long terme. Il n’y a pas une recette toute faite. A chacun cependant de trouver et d’affirmer sa liberté dans ce contexte.

Entretien paru dans la revue REGARD N°10, décembre 2021

Crédit image : Godong

Tags : #Noël
découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
21/02 ─ keirana Seigneur Jésus, libères et guéris-moi de mes inquiétudes et de mes insatisfactions. Si tu le veux, Amen.219/02 ─ Feten Seigneur, je prie pour pouvoir faire du mannequinat et du cinéma cette année, jouer avec talent et gagner suffisamment d'argent pour aider à résoudre la crise mondiale en partageant avec les pays du monde. Au nom de JC, protège-moi ainsi que ma famille contre tout mal. Je demande aussi de maigrir et de ne jamais être sous tutelle ou curatelle. Amen.212/02 ─ keirana Prions pour toutes les scènes de pillage et de violence en France, faite par des jeunes en perdition. Des jeunes qui ne respectent ni le pays, ni les travailleurs, ni les citoyens Français. Des jeunes qui ne respectent ni parents, ni familles. Des jeunes qui ne respectent pas les autorités publiques, ni l'autorité Divine. AMEN 111/02 ─ Marina Seigneur vient me guérir de ma dépression qui dure depuis un an, aucun traitement ne marche et je désespère. Seigneur c'est toi le plus grand médecin et j'ai confiance en Toi309/02 ─ magloire Seigneur Dieu tout puissant, je te rends grâce pour le don surabondant de vie dont comble ma famille et moi-même et tous tes bienfaits dans ma vie; Père je te confie mon procès contre mon ex-employeur qui s'obstine à payer mes droits afin la vérité triomphe et que la sentence soit en ma faveur. Enfin père aide moi avec un bon travail.108/02 ─ GERMAINE Seigneur tu sais ce que je vis je te supplie de terminer la guérison que tu as commencé à moi. Je te supplie de protéger mes enfants mon mari et tous ceux qui habitent dans notre maison. Protège toute ma famille Seigneur . 207/02 ─ litiline doris PERE ETERNELLE JE TE REND GRACE POUR TOUS LES BIENS FAIRE DANS MA VIE . PERE TRES BON DELIVRE MOI ET MA FAMILLE DE TOUS LES ATTACHEMENT ANCESTRALE. OUVRE TOUS MES PORTES FINANCIERE. ELOIGNE MOI DE TOUS CE QUI M'ENPECHE DE ME CONCENTRE SUR MES OBJECTIF .MET MOI SUR LE BON CHEMAIN ET REMPLIR MON COEUR DE TA MISERICORDE. 107/02 ─ Martin Seigneur je prie pour Clémence, pour sa guérison et pour la diminution de sa souffrance. Je prix aussi pour sa conversion et qu'elle trouve la paix en ton sein.807/02 ─ Feançoise Grande Sainte Rita, toi la Sainte de l'impossible et des causes désespérées je te confie l 'avenir professionnel de Séverine. Fait STP que l'entreprise trouve un acheteur e afin qu'elle puisse continuer ses activités .Ne méprise pas mes prières mais accueille les et exauce les. Je met toute ma confiance et mes espoirs en toi. MERCI Sainte Rita106/02 ─ Sandy Je vous sollicite afin que vous m'accompagniez dans la prière pour Lio , pour a santé afin qu'il retrouve la guérison complète et puisse vivre normalement. Que le Médecin par excellence tourne sa face sur lui et étende sa main sur lui afin qu'il soit restauré et vivre en paix . Amen 🙏7