Faire un don
Vous êtes iciAccueil > Toutes les actualités > TÉMOIGNAGE : COMMENT VIVRE LA FOI AU TEMPS DU CORONAVIRUS ? (5)

TÉMOIGNAGE : COMMENT VIVRE LA FOI AU TEMPS DU CORONAVIRUS ? (5)

Messes publiques suspendues durant des semaines, rencontres en paroisse annulées… Comment avons nous vécu la foi au temps du coronavirus ( COVID-19) ? Nous vous donnons la parole avec une série de témoignages. 

Rencontre avec Nicolas Baertschi,

 “MON FILS ME PARLE ENCORE DE NOS CÉLÉBRATIONS A LA MAISON »

« Mon fils me parle encore de ces moments de célébration vécus en famille, à la maison ». Nicolas Baertschi, jeune papa de Sylvain, deux ans et demi, évoque la période de semi-confinement liée à la pandémie comme une retraite « un peu forcée, mais bienvenue » pour la famille.

CÉLÉBRER A LA MAISON

L’absence de messes durant presque trois mois n’a pas affecté sa pratique de la foi. « En famille, nous avons appris à célébrer à la maison », témoigne Nicolas, assistant pastoral en formation à Genève. Avec sa femme Daniela, plutôt que de suivre les célébrations à travers un écran, ils ont choisi de vivre leur foi en « Église domestique », avec des célébrations et des moments de partage.

Supportable en période de Carême, la privation de célébrations était inconcevable pour Nicolas à l’approche de Pâques : « la fête de la Résurrection est le sommet et le résumé de toute notre foi », explique-t-il. Privés de messe en paroisse, « nous avons donc cherché comment vivre la Semaine Sainte en famille ».

DES PROPOSITIONS STIMULANTES

Au début, pour le dimanche des Rameaux, « nous avons improvisé ». Pour le Triduum pascal, « nous avons pioché dans les propositions mises en ligne par les Pastorales des familles de Genève et Vaud sur le site prierenfamille.ch ». Il y en a en a pour tous les goûts : suggestions pour vivre des liturgies à la maison, diaporamas, vidéos, idées de bricolages ou encore les conseils pour apprêter le repas pascal du Jeudi Saint. En s’appuyant sur le site, Daniela et Nicolas ont pu impliquer Sylvain dans les activités et des célébrations. En couple, ils ont médité les lectures de l’évangile du jour.

LE REPAS PASCAL

Pour Nicolas, cette expérience, imposée par les circonstances, a été bénéfique. Elle a permis à la famille « de vivre activement et profondément le mystère pascal ».
Le repas du Jeudi Saint occupe une place particulière dans ses souvenirs.  « Mon fils a beaucoup aimé la préparation et la symbolique des gestes qui accompagnent le repas de la Pâque juive. Il faut par exemple tremper le persil dans l’eau salée, pour nous rappeler que la vie n’est pas toujours facile. Après on goûte le harosset, un mélange doux, pour souligner les moments de joie de notre existence. Nous avons expliqué le sens de ces traditions à Sylvain et chacun a pu partager ses émotions et sentiments », souligne Nicolas. 

LE LAVEMENT DES PIEDS

Autre temps fort, le lavement des pieds en famille. « Nous avons choisi une variante simplifiée de la célébration, plus adaptée à l’âge de mon fils. Il a été très marqué par ce rite et il nous en parle encore. C’est un geste merveilleux. Même un enfant de deux ans en comprend bien le sens ». Nicolas évoque également la veillée pascale, le soir du samedi saint.
« Nous avions préparé une pièce sombre, où nous avions mis une icône du Christ. Nous sommes entrés dans cette obscurité avec nos bougies, en chantant, avant de lire l’évangile, d’accomplir le rite avec l’eau baptismale et de dire une prière, avant la bénédiction. C’était très fort de célébrer ce moment à trois, à la maison. Sylvain a vraiment pu participer, mais le matin de Pâques, il dormait ! Avec mon épouse nous avons alors médité la lecture du jour, avec une lectio divina, et donc des moments de lecture, de silence et de partage », raconte Nicolas.

Comment vivre la foi au temps du coronavirus, le témoignage de la famille Baertschi

ÊTRE ACTEUR

Depuis fin mai, les offices religieux ont pu reprendre, mais les normes sanitaires sont toujours en vigueur. Les Baertschi continuent à organiser à la maison les célébrations du dimanche. 
« Mon épouse est enceinte et nous ne souhaitons pas prendre de risques. Après la naissance de notre deuxième enfant, nous allons bien sûr retourner à la messe dans notre paroisse, car la communauté est importante. Mais nous avons découvert une manière de célébrer sans messe et d’être en lien avec Dieu. Nous nous sommes rendu compte que nous pouvions vraiment partager notre foi en famille et vivre quelque chose de fort. A la messe, nous vivons ce que l’on nous propose, alors que dans ce contexte particulier nous avons dû créer nous-même les moments de célébration, avec des propositions que nous avons cherchées, trouvées et adaptées. Ce faisant, on devient vraiment acteur ».

SD&C, juin 2020

Crédit image de couverture: la foi au temps du coronavirus, site prierenfamille.ch, repas pascal

Continuons ensemble à œuvrer
pour nos prochains :

Apporter mon soutien

découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
22/09 ─ Apolline Je confie à Jésus mes amis Maud et Bastien qui, après 3 fausses couches, attendent de nouveau un bébé. Qu'ils puissent avoir la joie de le rencontrer au terme d'une grossesse sereine. Seigneur je t'en prie.221/09 ─ Victoria Seigneur, ma vie semble écrouler de plus en plus. Le chemin qui me mène à ma vocation est tapissé d'obstacles qui me semblent d'être de plus en plus lourds à surmonter. Je t'ai promis de ne jamais arrêter de suivre mon chemin. Et je garde cette promesse avec ardeur, je continue à chanter, l'envie de faire de la musique ne s'éteint pas. Aide-moi !321/09 ─ Anne Pour Hippolyte, 47 ans, père de famille au chômage en fin de droits, pour qu'il retrouve prochainement du travail.321/09 ─ Landy Mon fils vit depuis sa naissance avec un handicap psycho-moteur. Je veux lui offrir une meilleure prise en charge de rééducation, qui n’existe pas à Madagascar. Merci de prier pour mes deux enfants et moi afin que nous puissions nous établir à Toulouse et surmonter toutes les difficultés liées à ce changement de vie.321/09 ─ Gabriel Pour le Pape Francois. Pour Diane et pour moi. Pour Lidia, Sergio,Amalia, Ariel, Diego, Maya,Teo. Pour mon travaille et pour mes companions de travaille. Pour Europe, Etats Unis, Canada,et pour Argentine. 318/09 ─ Frédéric Seigneur, que la division de ma famille soit passagère et que nous puissions retrouver, malgré nos différences et nos blessures profondes, un nouvel élan vers vie familiale pacifiée . Je te prie pour la conversion de mes frères et sœur. Donne-leur des grâce spéciales pour trouver le chemin qui conduit vers toi.317/09 ─ Paula Pour la santé de mes enfants Laurent et Luana. 317/09 ─ Matteo Charbel Intention de prière pour le bébé Matteo. Seigneur, nous prions pour que ses yeux soient guéris et qu’il retrouve son sens de la vue. Amen. 313/09 ─ Michèle Pour que cette période de nouveaux examens médicaux m apportent de bonnes nouvelles après ce cancer qui s est invité soudainement dans ma vie Que je puisse continuer à témoigner de ma foi autour de moi et transmettre à mon petit fils toutes ces valeurs qui me sont précieuses . Prions pour tous ceux qui, comme moi sont touchés dans leur santé .512/09 ─ Martin Waseem, un ami du Pakistan, qui vit une phase de découragement et de dépression qui le fait penser au suicide... même les marques d'amitié ne l'aide pas à garder courage et retrouver espoir. Pour qu'il sente l'Amour du Père, la grâce de Jésus qui a tout livré pour lui sur la Croix, pour retrouver qu'il a de la valeur et que sa vie vaut la peine.5