Faire un don
Vous êtes iciAccueil > Toutes les actualités > Au quotidien > Paroisse de St-Paul Cologny-Genève : la barque des Prêcheurs

Paroisse de St-Paul Cologny-Genève : la barque des Prêcheurs

St-Paul Cologny-Genève n’est pas une paroisse tout à fait comme les autres. Elle n’est pas prise en charge par des prêtres diocésains, mais par la communauté dominicaine locale. Les Frères s’inspirent des sagesses respectives des saints Dominique et Paul pour y développer l’intelligence de la foi, le travail de la Parole et l’accueil inconditionnel, écrit le portail d’information cath.ch dans cet article.

Les Frères Michel Fontaine et Zdzislaw Szmanda, représentants de la communauté dominicaine, sont fiers et très heureux de faire visiter leur lieu de célébration. L’église St-Paul, à Cologny, dans la banlieue de Genève, a des atouts de beauté certains à faire valoir. Notamment le marouflage qui orne le chœur, réalisé par l’artiste français Maurice Denis en 1916. Il représente des scènes de la vie de saint Paul apôtre, dont sa conversion, son martyre et sa prédication sur une barque, suite au naufrage de son embarcation.

«C’est certainement l’aspect le plus marquant de l’église, celui dont les gens se souviennent après leur visite», remarque le Frère Michel.

Les religieux tiennent à montrer également la mosaïque du même artiste représentant le baptême de Jésus «jaillissant» visuellement du baptistère, datée de 1923. «Un très beau lieu de catéchèse!».

Une reproduction de la plus ancienne représentation de saint Dominique et ses frères est également placée contre l’autel. Installée à l’occasion des 800 ans de sa mort, commémorée en 2021, les Frères n’ont encore pas pu se résoudre à l’enlever.

Accueil «universel»

Le lieu de culte, où se côtoient Paul et Dominique, résonne ainsi au cœur des dominicains de Cologny, dans lequel les deux saints tiennent une place particulière. Leur enseignement respectif se complète pour inspirer les religieux de Cologny dans leur projet pastoral, remarque Frère Michel.

Cette démarche, qui se concrétise petit à petit depuis 2015, est le départ d’un nouveau projet communautaire reposant sur trois axes: la formation, la liturgie et l’accueil. Un accueil qui se veut «de toutes situations» et «compassionnel» précise bien Michel Fontaine, qui occupe la fonction de curé et de prieur. «C’est un aspect central de la pensée de saint Dominique, qui mettait au centre la miséricorde et l’intelligence de la foi».

La notion d’accueil se manifeste aussi dans une dimension internationale, Genève oblige. Cela vient notamment du fait que le couvent de St-Dominique, à Cologny, est depuis presque le début du retour des dominicains à Genève un lieu d’accueil pour le délégué de l’ordre dominicain auprès des Nations unies pour Justice et Paix. Son activité à l’ONU fait remonter au niveau de la paroisse des situations difficiles dans le monde. «Nous souhaiterions profiter de ce lien avec l’ONU pour faire de la paroisse un lieu de réflexion concernant les problèmes de justice et de paix et nous y sensibiliser toujours davantage», note le Frère Michel.

Une internationalité facilitée par la dimension universelle de l’ordre dominicain, présent sur tous les continents. Les septs Frères actuellement présents au couvent de Genève sont d’ailleurs de plusieurs nationalités.

Gerard Timoner, Maître des Frères de l’ordre des Prêcheurs, a fortement encouragé le projet de Cologny lors de son passage en Suisse, mi-janvier 2022, assure Michel Fontaine.

Des Frères sans église

Zdzislaw Szmanda (g.) et Michel Fontaine, deux Frères dominicains de Cologny (GE) | © Raphaël Zbinden

Les Frères sont heureux de pouvoir donner aujourd’hui à la paroisse St-Paul un visage particulier, en correspondance avec leur charisme. Une possibilité acquise à travers un cheminement original.

La présence dominicaine à Genève dans le cadre d’une paroisse date de la fin des années 1950. Alors que les Frères voulaient revenir dans la ville du bout du lac, l’évêque leur a indiqué la paroisse de Cologny, qui n’avait plus de prêtre et qui était à l’époque assez éloignée de la Cité de Calvin pour ne pas trop attiser les susceptibilités protestantes. Une présence d’une bonne dizaine de Frères s’est donc réalisée, à partir de laquelle trois ou quatre se sont engagés dans la paroisse pendant des décennies. Les religieux résidaient dans le couvent de Saint-Dominique, point d’ancrage des dominicains à Genève, situé à deux pas de l’église St-Paul.

Mais en 2005, au vu du mauvais état de santé du curé et de l’affaiblissement de la relève des Frères, la Province suisse des dominicains a décidé de se retirer de la paroisse.

A débuté alors une période précaire pour les religieux, qui n’avaient plus la jouissance d’un lieu public de célébration. «Ce n’est pas facile à vivre pour un ordre dont la prédication est un pilier», rappelle le Frère Michel, qui est à Cologny depuis 2003.

Projet communautaire de la paroisse St-Paul

En 2013, pour différentes raisons, dont un décès, la communauté s’est trouvée réduite à quatre Frères. La question «Que fait-on?» a donc surgi. Il s’en est suivi presque deux ans de réflexions intenses avec un coach. «Nous nous sommes dit que nous étions bien à cet endroit et que nous ne pouvions pas partir. De plus, le Maître de l’ordre insistait pour que les dominicains restent à Genève.»

La reprise de la paroisse par la communauté dominicaine a donc été décidée dans le cadre d’un nouveau projet communautaire commencé en 2015.

La paroisse St-Paul est alors incluse dans l’Unité pastorale (UP) La Seymaz. Une situation toujours pas idéale. «Nous étions convaincus que si nous voulions mener notre projet communautaire en tant que dominicains, il nous fallait sortir de l’UP».

La demande est acceptée en 2019. Devenue en quelque sorte «extraterritoriale», la paroisse est bien sûr restée au service du canton et des paroisses limitrophes, note le Frère Michel, car la pastorale est désormais «régionale».

Actuellement, quatre Frères parmi les sept présents à Cologny sont directement engagés à la paroisse. Il y a un curé et trois vicaires. «Nous ne raisonnons pas en terme de pourcentages, relève le Frère Michel. La dotation reçue de l’Eglise cantonale est répartie sur plusieurs Frères». «Nous nous répartissons aussi les tâches selon nos intérêts et nos disponibilités, précise Zdzislaw Szmanda». Les deux Frères rappellent dans ce contexte leur fonctionnement de vie religieuse et communautaire.

Le défi du vivre-ensemble

Un système paroissial original qui a des avantages, estime le Frère polonais. «Notre expérience de la vie communautaire peut sans doute contribuer au développement de la vie paroissiale. Le fait d’être capables de vivre ensemble, malgré des points de vue et des caractères parfois différents, peut être un signe d’espérance pour les fidèles et la société en général». Pour le Frère Zdzislaw, cet exemple est d’autant plus précieux dans une société actuelle atomisée où les liens sont de plus en plus fragiles.

«Le défi d’insuffler un esprit de famille dans la paroisse n’est pas évident dans un contexte comme le nôtre. Ici les habitants sont de partout dans le monde, il y a beaucoup de déracinement, note le dominicain polonais». Dans cette commune plutôt privilégiée de la banlieue de Genève, beaucoup de résidants travaillent en outre dans des organisations ou des entreprises internationales et sont très mobiles». Même s’il y a un noyau de paroissiens dont la fréquentation est régulière.

Difficile donc de créer un sentiment de communauté. «Cela donne paradoxalement, une intensité très forte à la notion d’accueil, relève pourtant le Frère Michel. Il s’agit de donner le meilleur de nous-mêmes dans un temps court, car on ne sait pas quand la personne va revenir, ou si même elle reviendra. C’est une exigence d’être dans le présent, d’accueillir les personnes comme elles sont, où elles sont.»

Processus synodal

Un engagement à l’accueil qui implique que «notre porte doit rester ouverte», renchérit Zdzislaw Szmanda. «Ce qui signifie être disponible hors des horaires de travail et quand l’on n’en a pas forcément envie».

Le développement du vivre-ensemble a également trouvé un nouvel élan avec le processus synodal lancé par le pape François en automne 2021. A Cologny, «l’objectif est que chacun et chacune se sente accueillis et bien dans la communauté paroissiale. Nous veillons aussi à être à l’écoute des jeunes et des familles, qui sont nombreuses dans cette commune de 7’000 habitants, dont la population connaît une très forte augmentation».

Dans ce cadre, la démarche synodale lancée par le pape François prend tout son sens et la paroisse y répond en organisant notamment un «brunch synodal», le 6 février 2022. «Notre souhait profond est que les paroissiens eux-mêmes prennent en main cette aventure innovante», assure le Frère Michel.

La paroisse St-Paul Cologny-Genève fait donc face à des défis importants. Embarqués sur le frêle esquif de la paroisse, sur la mer houleuse du monde moderne, ses responsables savent pourtant qu’avec leur saint patron pour capitaine, ils garderont le bon cap. (cath.ch/rz)

Image en « une »: Le marouflage de la paroisse St-Paul de Cologny (GE) a été réalisé par Maurice Denis en 1916 | © Raphaël Zbinden

 

Continuons ensemble à œuvrer
pour nos prochains :

Apporter mon soutien

découvrez aussi...
Pas encore inscrit(e) à notre newsletter ? Ne ratez aucune actualité ni aucun événement à venir
Inscrivez-vous à la Newsletter !
Intentions de prière
16/05 ─ samia svp priez pour que mon fils trouve une bonne épouse sage et pieuse..merci de tout coeur!!!514/05 ─ Misel J'attends les résultats de ma biopsie. J'ai déjà eu un cancer du sein. Au bout de cinq ans, le soupçon a surgi que je pourrais avoir à nouveau un cancer. Je prie, mon Dieu, que ce tourment me contourne si c'est ta volonté. Ayez pitié de moi. Je t'envoie mon cri..Je n'en peux plus..Tout le monde pense que ça va être un cancer..ne le laisse pas..413/05 ─ Huberte Bonjour je vous avais demandé de prier pour moi Huberte pour le renouvellement de mon contrat de travail je rends grâce à Dieu mon contrat à été prolongé pour 6 mois. Merci pour vos prières.613/05 ─ Jocelyne Avec l’intercession de la Vierge Marie, le Seigneur me comble de la grâce du mariage chrétien avant la fin du mois. Dieu le père donne moi de quoi subvenir à mes besoins. Amen413/05 ─ Florentin Action de grâce au SEIGNEUR pour tous ses bienfaits. Marie conçu sans péché, veille sur Florentin, Estelle et leurs enfants Johan et Anna. Tous les SAINT et SAINTE de DIEU priez pour nous 312/05 ─ Philippe Père, accorde moi la grâce, au nom de Jésus et de sa sainte mère La Vierge Marie, de m'accorder la grâce de jeûner le mercredi et le vendredi, et de me couper des liens avec l'alcool. Amen412/05 ─ Thibaut Je veux prier mon Dieu d'Abraham,de David, et de Joseph de m'accorder un emploi décent, de me sortir du chômage dans le nom Saint nom de Jésus et par l'intercession de la Vierge Marie.310/05 ─ Dupuy Pour Monique et Philippe Garcin, leur amour pour Louis, leur bienveillance, leur présence, leur acceuil. 509/05 ─ Marthe Martine Seigneur miséricordieux , Thierry a besoin de prière Il a des problèmes de santé , et ne sais plus que faire Quel médecin voir .je vous demande du fond du cœur De venir à son aide , de prier pour lui , afin qu’il guérisse Merci seigneur de venir à son aide . Amen. 509/05 ─ Jocelyne Que par l’intercession de Saint Christophe et de la Vierge, le Seigneur fasse qu’avant la fin de la semaine je devienne une excellente conductrice auto avec une parfaite maitrise du volant et des pédales. Que le bon Dieu me permette de faire face à toutes les dépenses occasionner par l’achat du véhicule. AMEN4